Ce qui va changer le 1er octobre

Accord entre partenaires sociaux sur le nombre de contrats journaliers

En juillet dernier, les partenaires sociaux sont tombés d’accord sur un élargissement de l’obligation d’information sur le nombre de contrats journaliers consécutifs utilisés par les entreprises. Cet accord entre en vigueur ce 1er octobre 2018. L’accord prévoit que le conseil d’entreprise (ou à défaut la délégation syndicale) sera informé tous les six mois quant aux recours à des travailleurs employés sous contrats journaliers consécutifs dans l’intérim.

Une discussion annuelle sur ce sujet devra également se tenir chaque année dans les entreprises entre patron et représentants du personnel.

L’accord limite aussi le nombre de contrats journaliers qui pourront être utilisés en entreprise. Le recours à ces contrats devra en outre être justifié par des statistiques qui démontreront ce besoin en flexibilité accrue. L’employeur devra aussi prouver qu’il a d’abord cherché des alternatives avant de recourir à ce type de contrats.

En cas de non-respect, l’employeur devra payer à l’employé dupé une indemnité égale à deux semaines de salaire.

L’accord prévoit enfin que le nombre de contrats journaliers consécutifs sera réduit de 20% en l’espace de deux ans.

Un premier bus standard 100% électrique sur le réseau de la STIB

Le premier bus standard propulsé uniquement à l’électricité sera exploité sur le réseau de la STIB à partir du 1er octobre. Il circulera sur la ligne 13. Présenté mi-septembre, le bus a une longueur de 12 mètres et offre une capacité de 68 passagers. Il dispose théoriquement d’une autonomie de 16 heures et les dépôts de la STIB seront donc équipés de bornes de recharge.

La flotte de bus électriques de la société de transport bruxelloise sera complétée par quatre autres véhicules durant le mois d’octobre. Ils ont été commandés à Blue bus, du groupe Bolloré.

La Société des Transports Intercommunaux Bruxellois compte passer à 100% à l’électricité d’ici 2030.

Schaerbeek teste deux « rues scolaires »

A partir de ce 1er octobre, la commune de Schaerbeek teste deux « rues scolaires » sur son territoire afin de limiter le stationnement aux abords des écoles et faciliter le dépôt-minute des enfants. Le dispositif est mis en place dans la rue Verwee, qui accueille l’Athénée royal Alfred Verwee, et la rue Verte, où se trouvent l’école Sint-Lukas et l’Institut Sainte-Marie Fraternité. Les deux rues seront fermées à la circulation durant les heures d’arrivée à l’école pour limiter le stationnement en double file, l’insécurité routière qui en découle et la pollution atmosphérique.

Si le test est concluant, le dispositif sera prochainement étendu à d’autres établissements.

Lancement du logiciel médical Medispring, développé par des médecins

Le logiciel de gestion des dossiers médicaux informatisés (DMI) Medispring, développé par une coopérative de médecins, sera lancé ce 1er octobre. Medispring compte déjà près de 600 coopérateurs. Les jeunes médecins seront les premiers à l’utiliser. La migration des autres praticiens depuis leur ancien logiciel se fera durant le mois de novembre. Ces médecins généralistes et spécialistes avaient annoncé en mars dernier le lancement de leur propre logiciel de gestion des DMI, pour faire face à la mise en place d’un « inquiétant monopole ».

Les dossiers médicaux informatisés regroupent les informations médicales d’un patient, de ses résultats aux courriers envoyés.

Air Belgium suspend sa liaison vers Hong Kong

La jeune compagnie aérienne Air Belgium suspend officiellement sa liaison entre Charleroi et Hong Kong à partir de ce 1er octobre. Cette suspension s’explique par un défaut contractuel avec un partenaire majeur et se prolongera jusqu’au 30 mars 2019 inclus. Le partenaire privilégié d’Air Belgium n’a pas respecté ses engagements ni en termes de tarifs ni en termes d’occupation, a expliqué le patron de la compagnie Niki Terzakis pour justifier cette décision. Les négociations ont duré plusieurs semaines avec ce consortium de tours-opérateurs chinois emmené par UTour, mais la compagnie n’a pas voulu prendre de risque à la veille de la saison d’hiver.

Le modèle d’Air Belgium – ses liaisons annoncées vers la Chine continentale (Zhengzhou, Wuhan et Taiyuan) et son implantation à Charleroi – n’est toutefois pas remis en question, souligne Niki Terzakis. Les futures liaisons sont toujours au programme et l’une d’entre elles pourrait être lancée cette année.

La fréquence de la liaison pour Hong Kong dépendra ensuite du rythme des réservations.

Zone basse émission à Bruxelles: fin de la période transitoire, les amendes vont tomber

Le non-respect de la zone basse émission (LEZ) à Bruxelles est passible d’une amende administrative de 350 euros. Toutefois, l’instauration de cette zone le 1er janvier dernier allait de pair avec une phase transitoire de neuf mois. Durant cette période, les amendes n’étaient pas exigées. Concrètement, cela signifie que les premières amendes pourront atterrir dans les boîtes aux lettres à partir d’octobre. Le non-respect des critères d’accès à la zone de basses émissions bruxelloise entraine une amende de 350 euros, et chaque infraction aura le même montant (350 euros), précise la Région bruxelloise sur le site internet dédié à la mesure. « Toutefois, une nouvelle amende ne pourra être perçue que 3 mois après la précédente, ce qui permet de prendre les disponibilités pour changer de véhicule ou changer les habitudes de déplacements. Sur une année, un maximum de quatre amendes par véhicule peut donc être octroyé. »

Depuis le 1er janvier, les véhicules diesel les plus polluants, de norme Euro 0 et Euro 1, ne peuvent plus circuler sur le territoire de la Région. Les véhicules essence catalogués dans ces catégories seront interdits à partir de 2019, comme les diesel Euro 2.

Sauf dérogation, voitures individuelles, camionnettes jusqu’à 3,5 tonnes (catégorie de véhicule N1 sur la carte grise), bus et autocars, immatriculés en Belgique ou à l’étranger, sont concernés.

Source: lalibre.be – 27-09-2018