Tout ce qui change ce 1er décembre

Tout ce qui change ce 1er décembre: vente d’alcool, fin d’un opérateur mobile et sites frauduleux

 

Fin de la vente d’alcool sur les aires autoroutières de Waremme

Il sera impossible d’acheter – même dans les restaurants – de l’alcool dans les aires d’autoroute de Waremme, situées de part et d’autre de la E40 à partir de ce samedi, indique la Sofico. La décision a été prise par le conseil d’administration, à l’occasion du renouvellement de la concession de l’aire pour une durée de 20 ans, attribuée à Total. Les aires de Waremme suivent l’exemple de celles de Bierges, décrétées sans alcool depuis septembre 2017.

«Cette mesure permettra d’améliorer la sécurité routière en luttant contre la conduite sous influence», souligne le ministre wallon de la Mobilité Carlo Di Antonio. «Pour rappel, l’alcool reste sur nos routes une des premières causes de mortalité. En 2017, sur les autoroutes wallonnes, au moins 11% des conducteurs impliqués dans un accident avec dommages corporels roulaient sous l’influence d’alcool.»

L’interdiction, que la Sofico espère étendre lors des futurs renouvellements des concessions des aires, a pour but de limiter autant que possible les achats compulsifs réalisés par les conducteurs lors des arrêts sur les aires autoroutières.

Par ailleurs, à l’occasion du renouvellement de cette concession à Waremme, le site fera l’objet de rénovations qui pourraient débuter après l’été 2019.

 

L’opérateur mobile virtuel Join cesse ses activités en Belgique

L’opérateur de réseau mobile virtuel Join, qui opère depuis le Luxembourg, cesse ses activités commerciales en Belgique ce 1er décembre. Join avait déjà arrêté la vente de ses abonnements et cartes prépayées en Belgique depuis le 1er août 2018.

Les clients de Join ont été invités à souscrire un abonnement auprès de Base/Telenet, avec qui l’entreprise avait signé un partenariat au lancement de ses activités en Belgique fin 2014 et dont elle utilisait le réseau jusqu’à présent.

Cette cessation des activités entraîne la fermeture de quatre boutiques de l’opérateur – à Liège, Namur, Hornu et Messancy. Seul le personnel de ce dernier magasin sera intégré aux équipes en place au Luxembourg, les 7-8 autres personnes étant licenciées.

 

Les sites de vente en ligne frauduleux mis hors ligne plus rapidement

Le vice-premier ministre et ministre de l’économie, Kris Peeters, intensifie la lutte contre les sites de vente en ligne frauduleux. Grâce à une collaboration entre le SPF Economie et le gestionnaire des noms de domaines. be, DNS Belgium, les possibilités de fermer des sites de vente en ligne de ce type en moins d’un jour sont élargies.

«Jusqu’à présent il était uniquement possible de bloquer des sites internet frauduleux via une procédure rapide si les données d’identification du site internet étaient fautives. Dans d’autres cas, il nous fallait jusqu’à deux semaines avant de pouvoir fermer un site internet frauduleux. Grâce à un nouveau protocole conclu entre le SPF Economie et le gestionnaire belge des noms de domaines DNS Belgium, un site internet frauduleux peut être fermé dans les 24 heures sur la base d’un contenu frauduleux», explique Kris Petters.

Le protocole sera tout d’abord utilisé pour bloquer les noms de domaine. be qui ont été enregistrés de manière frauduleuse (par exemple après être libérés après un non prolongement par l’enregistré d’origine) et qui sont utilisés pour des sites Web frauduleux ou qui abritent des sites phishing (des sites Web qui imitent d’autres sites Web afin de par exemple obtenir de manière frauduleuse des données de cartes de crédit). Il s’agit de plusieurs centaines de sites Web qui apparaissent sans cesse et pour lesquels il est impossible de faire intervenir le parquet à chaque reprise.

La nouvelle procédure sera uniquement appliquée en cas de délits sérieux. Le propriétaire dispose d’une période de deux semaines pour faire appel. Après une période de six mois le nom de domaine bloqué expire. Dans tous les cas où le propriétaire du site internet peut être clairement identifié, il sera en outre fait appel au parquet.

Pour la fermeture de site internet frauduleux avec une autre extension que «. be» (par exemple «. com») l’intervention du parquet reste nécessaire. Pour ces sites internet, le parquet peut demander le blocage aux fournisseurs belges.

 

Le centre de congrès de Mons sera géré par une nouvelle société anonyme

La gestion du centre de Congrès de Mons (MICX) est reprise dès ce 1er décembre par une nouvelle société anonyme créée par le directeur du Congres Hotel Van Der Valk situé à proximité, indique la Ville de Mons.

Inauguré il y a 4 ans, le MICX (Mons International Congress Xperience) est exploité par la société Artexis, spécialisée notamment dans l’organisation de foires et de grands événements ainsi que dans la gestion de Namur Expo et du Flanders Expo de Gand. Artexis avait annoncé en 2017 son souhait d’arrêter de gérer le MICX.

Le conseil d’administration du MICX a décidé mardi soir d’en confier la gestion à une nouvelle société anonyme, qui sera constituée par Mathieu Wohrmann, le directeur du Congres Hotel Van Der Valk, situé tout près du centre. Il entend créer cette nouvelle entité avec un associé.

Source: lavenir.net – 01-12-2018