TAS Charleroi décroche un contrat à 150 millions grâce à l'Agence spatiale européenne

Thales Alenia Space a été choisi par l’Agence spatiale européenne pour diriger la mission Fluorescence Explorer (FLEX), censée surveiller la santé de l’écosystème terrestre. La filiale belge participera à la réalisation de ce contrat évalué à 150 millions d’euros.

La co-entreprise Thales Alenia Space, qui compte trois sites en Belgique, a été choisie par l’Agence spatiale européenne (ESA) pour diriger la mission Fluorescence Explorer (FLEX), destinée à surveiller depuis l’espace la santé des plantes afin d’évaluer la santé de l’écosystème terrestre. Le site carolo de TAS, le plus important en Belgique, participera à la réalisation de ce contrat « évalué à 150 millions d’euros », selon Thales Alenias Space.

Le satellite FLEX sera la huitième mission d’exploration de la Terre (Earth Explorer) menée par l’ESA. Il s’appuiera sur un instrument innovant nommé FLORIS (un spectromètre à haute résolution) pour cartographier la fluorescence de la végétation terrestre afin de quantifier l’activité photosynthétique. L’information apportée permettra de mieux comprendre comment le carbone se déplace entre les plantes et l’atmosphère et comment la photosynthèse affecte les cycles du carbone et de l’eau. En outre, les informations fournies par FLEX donneront un meilleur aperçu de la santé des plantes.

Le satellite, qui sera lancé par un lanceur léger Vega, sera positionné en orbite en tandem avec l’un des satellites Sentinel-3 (du programme européen Copernicus), également construit par Thales Alenia Space. Il tirera parti des capteurs optiques et thermiques de son voisin pour fournir un ensemble intégré de données.

Le coeur électrique

Thales Alenia Space dirigera un consortium qui comprendra ses propres filiales et des partenaires de l’industrie spatiale. La filiale belge de la co-entreprise franco-italienne fournira le cœur électrique du satellite, appelé PCDU (Power Conditioning & Distribution Unit). Cet élément, une spécialité du site de Charleroi, transforme l’énergie électrique reçue des panneaux solaires et des batteries en énergie utilisable par les différents équipements du satellite. Il réalise également des fonctions de distribution et d’avionique. L’équipe belge fournira par ailleurs des équipements d’alimentation électronique (EPC), qui, associés aux tubes à ondes progressives, forment les amplificateurs des émetteurs du satellite transmettant des informations vers la Terre.

Thales Alenia Space est une co-entreprise entre Thales (67%) et Leonardo (33%). Elle a réalisé un chiffre d’affaires de 2,6 milliards d’euros en 2017 et emploie 7.980 personnes dans 9 pays. TAS compte trois sites en Belgique: Charleroi, Hasselt et Louvain, ce qui représente un total de 700 employés.

TAS Belgium est par ailleurs un très important fournisseur d’électronique de bord du lanceur Ariane 5. Sur Ariane 6, l’entreprise fabriquera la chaîne de sauvegarde et de l’électronique pour les systèmes d’actionnement des tuyères. Le lanceur russe Soyouz commercialisé par Arianespace bénéficie également du système de sauvegarde fabriqué à Charleroi.

Source: lecho.be – 10-01-2018