1 Belge sur 20 a déjà subi un vol de données sur son smartphone

Les données contenues dans nos smartphones sont-elles à l’abri?

Au regard d’une étude menée au sein de l’Union européenne, la Belgique est loin d’être un exemple en la matière. 71% des Belges âgés de 16 à 74 ans possèdent un smartphone à usage privé. Celui-ci contient des données aussi banales que des photos de vacances et aussi confidentielles que des données bancaires ou des factures. Les utilisateurs belges se montrent assez méfiants à l’égard des applis, n’ouvrant pas toujours les portes de leur smartphone. Parmi ceux qui en possèdent un, 2 personnes sur 3 ont déjà refusé l’accès au contenu de leur téléphone au moment d’installer une application. C’est mieux que la moyenne européenne évaluée à 58%. Cela fait de la Belgique le 8ème meilleur élève en la matière sur le podium de l’UE, les Français étant les plus méfiants : seul 3 utilisateurs sur 4 ont déjà bloqué l’accès à une application. Néanmoins, les Belges étaient tout de même 11% à ignorer que c’était possible contre 7% dans l’ensemble de l’Europe, témoignant d’un certain manque d’information auprès de la population.

Les antivirus, grands absents des smartphones belges

Les Belges ne sont pas particulièrement friands de systèmes de sécurité mobiles. Un peu plus d’un tiers d’entre eux disposent d’une barrière virtuelle (antivirus, anti-malware) installée nativement sur le téléphone ou fournie par leur opérateur, sous la barre européenne des 43%. On note que les Hongrois sont particulièrement protégés, 4 utilisateurs de smartphones sur 5 sont équipés d’un système de sécurité installé par un tiers. Si on se penche à présent sur le pourcentage d’utilisateurs qui a fait la démarche d’installer eux-mêmes un programme de sécurité, ils ne sont plus que 13% de Belges à avoir pris cette initiative contre 15% dans l’Union européenne. Une fois encore, la Hongrie fait figure d’exemple avec plus d’un quart de la population auto-protégée.

1 Belge sur 20 victime de vol de données

Toutefois, si des pays comme la Hongrie, la Croatie ou Malte prennent des dispositions particulières avec l’installation d’une ou plusieurs applis de sécurité, ils sont également parmi les plus à risque en termes de vol de données. La population d’utilisateurs de smartphones affectée par un vol de données, d’images ou de documents suite à une attaque ou un virus s’élève respectivement à 13%, 10% et 13% dans ces 3 pays européens. Seul 1 Belge sur 20 a été victime de ce type d’attaques, tout comme la moyenne européenne. Les Britanniques sont particulièrement à l’abri du larcin, ils ne sont qu’1 pour 50 à en avoir subi au moins un. Bref, la sécurité des smartphones a encore un peu de chemin à faire en Europe, à commencer par la Belgique où la population se montre méfiante aux applications d’une part mais ne s’attarde pas à protéger son téléphone de l’autre.

Source: lesoir.be – 28-01-2019