De la viande de laboratoire dans votre assiette, ça vous tente?

Environ 4 Belges sur 10 se déclarent en faveur de la viande cultivée, selon Gaia. 4 sur 10 ont une impression neutre vis-à-vis du concept. Et vous, êtes-vous prêt à passer à la « clean meat »?

Un burger qui a le même goût que la viande, sans tuer le moindre animal, ça vous dit? Gaia, en collaboration avec le bureau de sondage Ipsos, a mené l’enquête: 42% des Belges sont prêts à sauter le pas en faveur de la viande cultivée, tandis que 43% d’entre eux ont une impression neutre vis-à-vis du concept. 

L’attrait pour la viande reste socioculturel, relève l’association de défense des animaux. Elle est consommée pour son goût dans 66% des cas et par habitude dans 47% des cas. « De plus en plus de gens refusent de manger de la viande par respect pour le bien-être animal », explique Gaia. En effet, 55% des flexitariens (personnes qui mangent régulièrement des repas végétariens en plus de consommer de la viande et du poisson) le sont pour des raisons liées au bien-être animal, tandis que 46% d’entre eux font ce choix pour des raisons environnementales. 31% des Belges se définissent aujourd’hui comme flexitariens.

Et s’il était possible de produire de la vraie viande sans abattre d’animaux? C’est le défi de la viande cultivée, que Gaia présente à travers le site web viandecultivee.be. « En Belgique, nous voulons être les avocats de la transition sociétale vers une viande sans abattage », souligne Michel Vandenbosch, président de Gaia.

Qu’est-ce que la viande cultivée? 

Il s’agit de « vraie viande », qui aurait le même goût et la même texture que celle vendue chez le boucher. Quelle différence alors? Eh bien elle est cultivée à partir de cellules-souches. On l’appelle aussi viande in vitro, viande synthétique, viande artificielle ou clean meat. Elle est réalisée par des techniques d’ingénierie tissulaire qui ne passent pas par l’utilisation de chair animale. 

« La viande cultivée représente une des révolutions majeures du 21e siècle. Non seulement elle répond à un problème d’écologie et de sécurité alimentaire, mais surtout, elle permet de renoncer à l’abattage d’animaux »,se réjouit Gaia. Et le président de souligner: « Il est important que la Belgique ne rate pas le coche de cette technologie prometteuse. »

Si cette clean meat est déjà une réalité, elle n’est toutefois pas encore commercialisée. 39% des répondants au sondage mené par Ipsos indiquent envisager d’acheter de la viande cultivée si elle est disponible au même prix que la viande d’animaux abattus. 57% des Belges indiquent qu’ils consommeraient de la viande in vitro si cela leur permet de manger de la viande sans souffrance animale. 52% des sondés estiment aussi que manger ce type de viande sera meilleur pour l’environnement. 

Source: lecho.be – 13-03-2019