Impact des nouvelles technologies sur le métier de comptable et l’organisation administrative.

L’organisation administrative et comptable est pour toute entreprise une source de coûts et de temps.
Les nouvelles technologies sont à intégrer dans la réflexion et sont indispensables à mettre en place
dans toute organisation administrative.
En effet, les relations avec les administrations fiscales et sociales se font de plus en plus via internet :
«tax on web» pour les déclarations à l’impôt des personnes physiques, «Bizz tax» pour les déclarations
à l’impôt des sociétés, «Intervat» pour les déclarations TVA.
Désormais, les factures papiers et électroniques sont sur un pied d’égalité. Les entreprises
peuvent choisir le procédé le plus approprié pour expédier, recevoir, traiter et archiver
leurs factures électroniques sous réserve de l’acceptation du client, mais celle-ci peut être tacite.
Une seule contrainte, néanmoins logique, est qu’il faut garantir la provenance
(identité de l’émetteur de la facture), l’intégrité du contenu (contrôle de l’exhaustivité
et de l’exactitude des données reprises sur la facture) et la lisibilité depuis
l’envoi de la facture jusqu’à la fin de la période de conservation (archivage, délai de conservation).
La législation ne mentionne pas de technologies spécifiques.
La vérification de ces conditions peut être assurée en mettant en place au sein de l’entreprise
un contrôle de gestion qui établit un audit fiable entre la facture et la livraison de biens ou de services.
Les factures électroniques peuvent être archivées sous format électronique ou être imprimées
dès réception et conservées sous format papier.
Les banques ont également mis en place des systèmes de transfert des extraits électroniques
et les cabinets comptables utilisent de plus en plus les fichiers CODA qui permettent
d’injecter les opérations bancaires directement dans les comptabilités des clients.
Chez les professionnels du chiffre, la facture électronique, au même titre que la dématérialisation
des procédures et des documents intègre progressivement les processus de travail.
Cette expérience pourra à son tour être mise à profit dans les PME qui souhaitent profiter
d’avantages de la facturation électronique.
Un comptable ou un expert-comptable moderne ne se contente dès lors plus de traiter les factures,
extraits de compte au rythme des délais fiscaux.
Mais il intègre les nouvelles technologies pour analyser avec les clients les différents risques auxquels
est confronté l’entreprise. Proactif, il peut ainsi l’aider dans les différents moments
de la croissance de la société.
EY_Logo6_RGB
Patricia LUX
Ernst & Young Fiduciaire