On en parle

Affaire Volkswagen : Rumeurs, voici le vrai du faux

Le scandale du « dieselgate » ou du « volkswagengate » fait couler beaucoup d’encre. Mais il crée aussi beaucoup de rumeurs. Nous faisons ici la part des choses et répondons aux questions essentielles. Deux moteurs seraient affectés actuellement et pas un seul comme on le pensait jusqu’à présent.

Il semblerait que l’affaire Volkswagen fasse un peu trop de bruit. Et en tous cas qu’elle commence à donner naissance à de nombreux amalgames, voire carrément à de fausses informations curieusement relayées par de grands médias nationaux. Nous vous expliquons ici de quoi il en retourne, ce qu’il faut savoir et ce qu’il ne faut surtout pas croire. A l’heure actuelle, deux moteurs sont touchés: le 2 litres TDI ainsi que le petit 1.6 TDI, chose qu’on ignorait jusqu’à présent.

1. Le logiciel malveillant affecte les émissions de CO2 ?

FAUX. L’affaire des moteurs truqués ne concerne que les systèmes de dépollution et il n’impacte pas la consommation de la voiture donc les rejet de CO2. Il faut savoir en effet que le CO2 est la résultante d’une combustion (comme la combustion par notre corps de l’oxygène qui ressort ensuite sous forme de CO2). Le CO2 est donc un gaz à effet de serre et pas du tout un gaz polluant qui contribue à la pollution atmosphérique. Il ne sert que le réchauffement climatique et rien d’autre. Or, dans le cas de fraude qui nous occupe, c’est bien les gaz polluants qui sont pointés du doigt. Et pour l’instant ce sont uniquement les oxydes d’azote (NOx) qui ont été relevé en une quantité 40 fois supérieure à la norme. Il faut donc bien faire la distinction. Il ne faut par ailleurs pas croire non plus les essais effectués trop rapidement avec d’autres marques. Ce matin, le journal allemand Bild annonçait que les rejets en NOx d’un BMW X3 20d étaient 11% plus élevé que la norme. Encore une fois, on sait que normes officielles et réalité sont totalement différentes. Il faut donc se donner du temps pour évaluer les autres constructeurs. L’enquête qui concerne Volkswagen a duré plusieurs mois. Impossible en deux jours dès lors de trouver d’autres fraudes potentielles.

 

2. Certains utilisateurs de voitures porteuses des moteurs incriminés vont devoir rembourser leur prime CO2 touchée dès lors indûment ?

FAUX. La fraude de Volkswagen ne concerne que les gaz polluants – les NOx en particulier – et non les émissions de CO2. Il n’y a dès lors pas lieu de rembourser quoi que ce soit. C’est totalement différent.

 

3. Il y aurait 100.000 voitures concernées en Belgique ?

FAUX. L’importateur D’Ieteren est actuellement en train de comptabiliser les voitures qui pourraient potentiellement être concernées. Mais ça va prendre un certain temps car certaines ont été accidentées ou détruites, d’autres ont été exportées… Bref, il faut retrouver la trace de chaque véhicule. Et il faudra du reste déterminer si tous les 2 litres TDI EA189 sont bien porteurs du fameux logiciel, ce qui n’est pas certain. Selon nos dernière informations, des 1.6 TDI seraient aussi affectés. C’est en tous cas ce que vient d’annoncer le ministre des transports allemand Alexander Dobrindt.

 

4. La fraude touche aussi bien des moteurs essence que des Diesel ?

FAUX. Actuellement, les enquêtes on mis en exergue une tricherie pour des moteurs Diesel. On parle actuellement deux moteurs selon les dernières information, le 2 litres TDI EA189 ainsi que certains 1.6 TDI, soit plus de 11 millions de véhicules au total. Les moteurs à essence ne sont, eux, absolument pas concernés, même si, contrairement à ce que certains pensent, ceux-ci émettent aussi des NOx depuis qu’ils sont équipés d’une injection directe. C’est ce processus d’alimentation qui crée ce gaz polluant.

«Aviapartner Executive» spreading our wings into the world of Business Aviation

At Aviapartner, we traditionally have our stronghold in
the ground handling services delivery across over 30 European airports, serving both commercial
aviation and freighter services.

In addition to this longstanding history, over recent years, we have been progressively expanding
our “Executive Network of Excellence”, focusing on dedicated ground services delivery to the world
of Business or Executive Aviation. With FBO setups and VIP lounges in 5 countries in Continental
Europe, and a presence in almost 30 airports, we can offer our clients a broad and consistent
network of high end service delivery.

Our people deliver a highly personalized service for passengers and crews who operate private
jets in Belgium, The Netherlands, Germany, France and Italy. In Belgium, the recent opening of our
Executive Lounge at Brussels Airport, has nicely complemented our presence in the Business
Aviation network in this key Airport, at the heart of Europe. Over and above Brussels, we serve
customers at Ostend Airport and at our FBO & Executive Lounge at Liège.

The services we provide are:
k Domestic & international handling
k Fast turnarounds
k Passenger & crew assistance
k Airport & airway slot coordination
k Flight planning & weather – NOTAMs
k Traffic rights & landing permits
k Aircraft charter reservation
k Hotel & restaurant reservations
k Limousine & car rental
k Customs & immigration assistance
k Change aircraft charter reservation (by aircraft & helicopter charter)
k Fuelling and fuelling arrangements
k Catering arrangements

We trust that this Business Line within Aviapartner, the Network of Excellence, will be a core
element of service delivery to Business Aviation guests and crews around Eurpe.

logo avia 01

 

 

 

 

logo avia 02

Jan De Leeuw
Managing Director
AVIAPARTNER BELGIUM

WWW.AVIAPARTNER.AERO